Réglementation et légalité du Base Jump

Base jump montagne

Base jump montagne

L’encadrement de la discipline

Le Base Jump n’est encadré par aucune fédération. Il existe en revanche l’Association Française de Base Jump depuis 1992 et depuis peu, l’Association de Paralpinisme. Ce sport à haut risque reste extrêmement marginal, de par la dangerosité de la discipline et du fort engagement personnel de l’intéressé. Cette activité s’adresse aux rares parachutistes chevronnées, à la recherche de sensations encore plus intenses. En France, ils ne seraient pas plus de 300, d’où l’absence de réglementations officielles. Les associations délivrent des conseils aux base-jumpers sur les sites, le matériel… L’état de santé physique et psychologique doivent évidemment être irréprochables et les conditions météorologiques sont à surveiller de très près, et notamment la puissance du vent. Tous les paramètres doivent être mesurés minutieusement afin d’éviter tout accident.

Les spots tolérés en France

Dans certains pays, cette discipline sensationnelle est légale comme la France ou la Suisse. Il n’existe aucune législation en la matière. Interdiction toutefois de sauter en ville, à partir de structures ou bâtiments privés et publics, d’édifices publics comme la Tour Eiffel (à Kuala Lumpur, on l’autorise en ville). En revanche, il est toléré de pratiquer le Base Jump en montagne. On parle ainsi de « paralpinisme ». Des conditions doivent être respectées : créneaux horaires imposés, appel à la gendarmerie de Haute Montagne pour signaler sa présence (ainsi ils ne s’alerteront pas en cas de témoignage sur une tentative de suicide et vérifieront qu’il n’y ait pas d’hélicoptère dans la zone). Deux exceptions à cela : un arrêté préfectoral peut interdire l’accès à un site et le survol de certaines réserves naturelles à moins de 300 m du sol. Dans d’autres pays comme le Québec ou même certains Etats américains, le Base Jump est interdit.

Un mystérieux parachutiste à Londres

Les londoniens ont pu être témoins d’une scène absolument insolite et inhabituelle la semaine dernière. L’individu (non identifié) s’est élancé du haut du gratte-ciel Shard, la plus haute tour d’Europe, haute de 310 mètres. Le base-jumper a atterri sain et sauf dans la rue, entouré d’immeubles, et aidé d’une tierce personne pour replier son parachute. Non démasqué, ce fou d’adrénaline a réussi son pari en toute illégalité. Plus d’informations ici.

Retour à la page catégorie : Actualités