Le maintien du parapente dans l’air : explications

parapente fonctionnement

parapente fonctionnementSi vous n’êtes pas très avide de sensations fortes mais souhaitez malgré tout profiter de la vue exceptionnelle et d’une impression de légèreté et de liberté, le vol en parapente semble être une bonne alternative ! En effet, la voile de parapente permet de faire une véritable randonnée aérienne, à la différence de la voile de parachute, qui a pour but principal de ralentir une chute. Mais alors comment fonctionne cette activité aérienne impressionnante et paisible ?

L’équipement

Tout d’abord, la première question que l’on peut se poser : qu’est-ce qui différencie une voile de parapente et une voile de parachute ? Le but du parapente étant de planer, on observera dans  ce cas une surface plus grande, des profils plus performants, ainsi qu’une centaine de suspentes beaucoup plus fines que celles du parachute, mais pas de panique… chacune résiste à environ 100 kilos. Pour se suspendre, on utilise une sellette, autrement dit une nacelle, dans laquelle on s’installe. Un système d’airbag gonfle lors du vol et nous permet d’amortir quelques petites chutes, bien utile lorsque l’on débute !

Performance du parapente

Pour décoller, il est nécessaire que l’aile se déplace dans l’air au minimum à 25 km/h. Le parapente ne tombe pas directement comme le ferait un parachute, il se déplace horizontalement ! Comment est-ce possible ? Etant donné que son profil est bombé, l’air qui circule au-dessus est accéléré, cela créé une dépression, l’air est aspiré. Sur un parapente, cette différence de pression est appelée la portance, elle ne permet pas au parapente de prendre de l’altitude mais ralentit la chute et permet de planer. Malheureusement il n’y a pas que la portance, l’air qui circule sur la voile oppose une résistance, une force dirigée horizontalement au-dessus de la voile que l’on appelle la traînée et qui freine le parapente. Par conséquent, afin de planer longtemps, mieux vaut une voile ayant une bonne portance et une faible traînée. Ce rapport, c’est ce qu’on appelle la finesse.  Prenons un exemple : un parapente ayant 5 pour finesse signifie qu’en l’absence de vent, le parapente peut parcourir 5000 mètres horizontalement quand il en descend 1000.

Dans un second article consacré au parapente, nous nous intéresserons à la partie technique et nous évoquerons notamment les thermiques, vecteurs de gain d’altitude pour le parapente.

Retour vers la page catégorie : Le Parapente