Base Jump

Base Jump ville

Base Jump villeIl s’agit d’un saut en parachute depuis un point fixe. BASE est en réalité un acronyme utilisé pour quatre types de points de départ : “Buildings, Antennas, Spans, Earth”, autrement dit immeubles, antennes, ponts, falaises. Un autre terme pour désigner cette pratique est : saut extrême ou chute libre extrême.

 

La gestion du risque

A la différence d’un saut en parachute classique depuis un avion (rigoureusement encadré par les moniteurs), le Base Jump repose uniquement sur les actes personnels du parachutiste laissant place à une totale liberté et autonomie ! Sa responsabilité est grande. On ne s’improvise donc pas Base Jumper du jour au lendemain. Une mauvaise estimation de la trajectoire et le risque d’impact est imminent et peut être fatal. Rappelons que ce sport à haut risque est considéré comme le plus dangereux au monde, la décision de sauter ne doit donc pas être prise à la légère. Il faut s’entourer de professionnels et de leurs conseils avisés avant de se lancer. Sachez également qu’un seul parachute est requis pour le Base Jump (inutile d’avoir un saut en parachute de secours, la durée de la chute étant trop courte).

Les conditions pour débuter

Il n’y a pas de règle précise concernant les prérequis en terme de nombre de sauts. Certains diront une centaine, d’autres plus de 200… Il n’y a que vous qui saurez s’il s’agit du bon moment ou pas, le tout étant d’avoir accumulé une solide et riche expérience de plusieurs situations. Faites des exercices, des tests comme définir au préalable une cible, un endroit bien précis où atterrir (primordial lors d’un saut en Base Jump).

Trouver le spot idéal

En France, la pratique tolérée du Base Jump se trouve sur des sites en montagne notamment dans le Vercors (Alpes du Nord), ou dans le Verdon (Alpes du Sud). Parmi les endroits les plus spectaculaires : à l’intérieur du Washington DC Gaylord Hotel aux Etats-Unis, la cascade Angel Falls au Venezuela (la plus haute chute d’eau au monde atteignant 979 mètres), le mont Thor dans le territoire canadien du Nunavut, Troll Wall en Norvège (près de 1100 mètres de hauteur), la montagne Kjerag en Norvège, la plus grande tour du monde à Dubaï Burj Khalifa (828 m)… En Suisse, il existe un endroit idéal pour pratiquer le Base Jump : Lauterbrunnen. Pourquoi ? Dans la plupart des cas, atteindre le sommet du point fixe n’est pas une mince affaire. Une longue et contraignante randonnée  peut précéder le saut, ou bien simplement le stress de la montée engendré par l’absence de légalité certaine sur ce type de pratique (nous nous pencherons d’ailleurs plus amplement sur cet aspect dans un prochain article). Les falaises de Lauterbrunnen ont l’avantage d’éclipser ces deux éléments ! En effet, un téléphérique, quelques minutes de marche… et vous voilà prêt pour une chute de 750 mètres. Le rapport montée/descente est donc très acceptable.

Retour à la page catégorie : Actualités